Soyez la bienvenue sur le blog de Julien DEMBELE

Are you ready to change the way you live?


"Humanity already possess the fundamental scientific, technical, and industrial know-how to solve the carbon and climate problems..."
Stephen Pacala and Robert Socolow

jeudi 12 septembre 2013

Le gaspillage alimentaire est nuisible à notre santé

Les expressions « gaspillage alimentaire » ou « aliments gaspillés » sont d’utilisation récurrente depuis maintenant quelques années, par les organismes en charge de la protection de l’environnement et de l’alimentation, tels que l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO)  et
le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le concept était à l’honneur lors de la dernière journée mondiale de l’environnement, le 05 juin 2013. Cette journée a été commémorée sous le thème : « Pensez-Mangez- Préserver » pour  inciter tout le monde à lutter contre le gaspillage alimentaire. La FAO définie le gaspillage alimentaire comme toute perte d’aliments périmés ou jetés.
Le phénomène  est  vraiment réel, menace la vie et mérite pleinement que nous nous en intéressions.
A quels niveaux se situe le gaspillage alimentaire ? Comment les aliments gaspillés nuisent-ils à notre santé ?
Face à ce phénomène d’envergure mondiale, la FAO a mis en place un projet d’étude de l’impact de du gaspillage alimentaire sur  l’environnement et la vie dans le monde. Selon le rapport de cette étude paru ce mercredi 11 septembre 2013, le gaspillage des aliments  se produit depuis la production au champ, en passant par les systèmes de transport, les chaines de transformation et de distribution jusqu’aux consommateurs. A l’origine de ce gaspillage se trouve le comportement des consommateurs et le manque de communication dans la chaîne d’approvisionnement.
Les écarts entre l'offre et la demande sont en effet une cause principale de gaspillage alimentaire: il peut s'agir d'agriculteurs qui ne trouvent pas de débouchés pour leurs produits et qui les laissent pourrir en plein champ; de mères qui cuisinent pour les cinq membres de leur famille alors que seulement trois rentreront dîner; de grandes surfaces qui réduisent les quantités commandées à la dernière minute, laissant les producteurs avec des produits invendables sur les bras; ou de restaurants qui surestiment la demande et stockent des excédents qui se gâtent. L'élimination de denrées alimentaires sur la base de facteurs esthétiques ou de sécurité sanitaire est souvent une autre cause principale de pertes et de gaspillages alimentaires. Dans certains cas, les agriculteurs jettent entre 20 et 40 pour cent de leurs produits frais car ils ne correspondent pas aux critères esthétiques des commerçants. Dans les pays développés, une grande part des gaspillages alimentaires se fait au niveau des consommateurs, tendance qui, en certains endroits, a même tendance à augmenter. Un facteur contribuant souvent au gaspillage est la confusion que font les consommateurs entre date limite de consommation (DLC) et date limite d'utilisation optimale (DLUO) (DLC et DLUO feront l’objet d’un article très prochainement sur ce blog).
Le gaspillage alimentaire exerce des effets néfastes sur l’environnement et la santé à plusieurs niveaux :
-sur la terre : le gaspillage alimentaire entraîne une surexploitation des sols et une utilisation intensive des intrants agricoles de synthèse qui conduisent à la pollution et la perte des terres arables.
-sur l’eau : toute augmentation de la production alimentaire se traduira une utilisation accrue de l’eau.
-sur le changement climatique : il y a que toute la production alimentaire dépend des énergies fossiles. Il y a également que lorsque les aliments sont jetés dans une décharge et se décomposent à l’air, ils dégagent du méthane (CH4), un gaz 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2) pour piéger la chaleur. 
-Sur la biodiversité : le gaspillage de nourriture est l’un des nombreux facteurs qui contribuent à la perte de la biodiversité à travers la modification des habitats, la surexploitation, la pollution et le changement climatique.
Que devons nous faire pour remédier à cela ?
Le problème vient de plusieurs niveaux, les comportements solutions à adopter doivent aussi être à plusieurs niveaux. Voici les recommandations faites la FAO dans son guide pour réduire le gaspillage alimentaire.
PRODUCTEURS
Ø  Récoltez tout ce qui a poussé, au meilleur moment.
Ø  Investissez dans la technologie pour un meilleur stockage.
Ø  Compostez les déchets organiques inutilisables.
INDUSTRIELS DE L’ALIMENTAIRE
Ø  Permettez aux consommateurs d’acheter seulement la quantité désirée d’aliments.
Ø  Offrez les aliments comestibles invendables.
Ø  Élargissez la définition d’aliment “acceptable” et vendez les articles imparfaits à moindre prix.
CONSOMMATEURS
Ø  N’achetez pas plus de nourriture que ce qui est nécessaire en planifiant vos repas, en faisant des listes de courses détaillées et en achetant plus fréquemment, et en moindres quantités à chaque fois.
Ø  Conservez les aliments correctement, que ce soit dans des récipients hermétiques ou des réfrigérateurs.
Ø  Bien lire les dates d’expiration des produits et ne pas nécessairement les respecter rigoureusement.

DÉCIDEURS POLITIQUES
Ø  Définissez des objectifs contraignants de réduction du gaspillage alimentaire.
Ø  Découragez le déversement des déchets alimentaires dans les décharges et permettez aux producteurs de récolter tout ce qui pousse.
Ø  Financez ou élaborez des campagnes de sensibilisation pour réduire le gaspillage alimentaire.
A l’analyse des différents niveaux du gaspillage alimentaire, j’ai remarqué que le consommateur est le pivot. C’est sont comportement qui régit celui du distributeur et du producteur. Pour le moment, moi je ne suis que consommateur, alors notre changement de comportement est fondamentale dans la réussite de cette lutte. Nous devons identifier chacun de nos actes qui occasionnent du gaspillage alimentaire et travailler à les corriger. Il y a certains comportements à table comme se servir et ne pas finir son assiette. A ce titre, aujourd’hui,  nous avons tendance à éprouver du plaisir à manger son plat de façon incomplète lorsque on se trouve dans certains milieux, qu’allons nous faire du reste ? Jeter à la poubelle, lorsque nous n’avons d’animal (exemple un chien) à qui le donner. 
Adhérons  à la campagne Pensez. Mangez. Préservez - Réduisez votre empreinte, lancée cette année par la FAO et le PNUE pour réduire le gaspillage alimentaire au niveau mondial.
"Nous ne pouvons tout simplement pas permettre qu'un tiers de toute la nourriture que nous produisons soit gaspillée ou perdue à cause de pratiques inadéquates lorsque 870 millions d'êtres humains sont affamés chaque jour ", a déclaré le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva.

Par Julien DEMBELE, Msc. Toxicologie Environnementale, Nutrition et Technologie Alimentaire