Soyez la bienvenue sur le blog de Julien DEMBELE

Are you ready to change the way you live?


"Humanity already possess the fundamental scientific, technical, and industrial know-how to solve the carbon and climate problems..."
Stephen Pacala and Robert Socolow

mardi 27 août 2013

Danger des armes chimiques utilisées lors des guerres et conflits

L’utilisation d’armes chimiques lors des guerres et conflits remonte à 20 siècles avant notre ère, affirme le Professeur Roger GODEMENT de l’Université Paris 7 dans un exposé développé au Colloque  « Vers l’abolition des armes chimiques », paris, 6 janvier 1989.  Leur utilisation à grande échelle date  des deux guerres  mondiales a été indispensable à la victoire de certains pays.
La convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques  et sur leur destruction de l’Organisation pour l’Interdiction  des Armes Chimiques (OIAC) dans son article 2 : Définitions et critères, définit les armes chimiques en ces termes :
On entend par "armes chimiques" les éléments ci-après, pris ensemble ou séparément :
 a. Les produits chimiques toxiques et leurs précurseurs, à l'exception de ceux qui sont destinés à des fins non interdites par la présente Convention, aussi longtemps que les types et quantités en jeu sont compatibles avec de telles fins;
b. Les munitions et dispositifs spécifiquement conçus pour provoquer la mort ou d'autres dommages par l'action toxique des produits chimiques toxiques définis à l'alinéa a), qui seraient libérés du fait de l'emploi de ces munitions et dispositifs;
c. Tout matériel spécifiquement conçu pour être utilisé en liaison directe avec l'emploi des munitions et dispositifs définis à l'alinéa b).
Aujourd’hui, ces armes chimiques, aussi appelées « armes à destruction massive » (on se rappelle les raisons avancées par les Etats-Unis pour envahir l’Iraq de Sadam Oussein) sont classées en deux catégories. Les agents chimiques (agents létaux, agents incapacitants, agents neutralisants et agents phytotoxiques) et les agents biologiques (Infections virales, infections rickettsies, infections bactériennes et infection fongiques) selon la classification de l’OMS 1970.
Ceci dit, officiellement, l’utilisation de ces armes chimiques est légalement  régie.
Ce que nous vivons aujourd’hui, c’est, malgré la règlementation, l’utilisation de ces armes dans certaines contrées, telle le cas de la SYRIE ; peu importe l’auteur (Etat Syrien ou rebelles syriens).
 Des experts sont actuellement entrain de découvrir davantage la nature et les auteurs.
Ce qu’il faut savoir, comme le nom l’indique (armes à destruction massive), les effets toxiques sont gravissimes pour la santé. Et, c’est l’objectif que visent les utilisateurs. Par exemples, du point de vue militaire, les agents chimiques ont été mis au point à trois fins tactiques :
1.  les « agents létaux » sont utilisés pour tuer l’ennemi ou le blesser si grièvement qu’il doit être évacué et recevoir des soins médicaux ;
2. les « agents incapacitants » visent à mettre l’ennemi complètement hors de combat pendant plusieurs heures ou plusieurs jours, l’incapacité étant toutefois réversible sans intervention médicale ;
3. les « agents neutralisants » ont pour objet de rendre l’ennemi inapte au combat pendant toute la durée de l’exposition.
Hormis l’objectif visé en de telle situation, ces armes peuvent  provoquer de dégâts incontrôlés et avoir des impacts sur la population environnante et  sur l’environnement, car ce sont substances le plus souvent sous forme de gaz, et constituées de composés chimiques très sables résistant à la dégradation dans l’environnement.

Références consultées :
OMS, 1970. Santé publiques et armes chimiques et biologiques. Rapport du groupe de consultants de l’OMS. 141p.
Coté François et Smith Geneviève, 2002. Le terrorisme chimique. Division des sciences et de la technologie, Gouvernement du Canada. 7p.
Godement Roger, 1989. Les origines des armes chimiques. Exposé développé au Colloque  « Vers l’abolition des armes chimiques », organisé par le Collectif de Scientifiques pour le Désarmement Nucléaire et l’Association des Médecins Français pour la Prévention de la Guerre Nucléaire, paris, 6 janvier 1989. 29p.


Par Julien DEMBELE, M.sc Environmental Toxicology-Food Technology-Nutrition